Panier

Qui est Baûbo ?

Notre Histoire


Nous sommes Bethsabée Krivoshey et Cécilia Capece, deux amies qui travaillons et habitons à Paris. 
Bethsabée est autrice et a été pendant plusieurs années journaliste (Glamour, GQ, Vanity Fair), notamment spécialisée dans la sexualité. En 2015, Bethsabée a l’idée d’un baume intime « après l’amour & tous les jours », réalisant qu’il n’existe pas sur le marché un soin biologique et naturel pour soulager les irritations pouvant survenir après une relation sexuelle, une journée en jean slim, les règles, le vélo, la ménopause… 
Cécilia, diplômée d’un MBA et directrice d’un cabinet de conseil aux entreprises, flashe sur le concept du Baume après-l'amour, et lui propose alors de se lancer dans la grande aventure de l’entreprenariat féminin, éthique et français. 

C’est ainsi que Baûbo est née ! [Prononcez : ba-o-bo] 


Le Mythe De Baubô

 

Tantôt servante, reine ou encore déesse de la mythologie grecque, l’histoire de Baubô nous rappelle la force positive de la sexualité féminine, l’importance de la joie et le pouvoir guérisseur de la vulve.


Quand Baubô rencontre la déesse de l’agriculture et des moissons Déméter, à Éleusis près d’Athènes, cette dernière est désespérée par la disparition de sa fille Perséphone.


Accueillie chez Baubô, Déméter déprimée refuse toute nourriture et boisson, entraînant dans sa tristesse la sècheresse de tout le pays. Boute-en-train libre et pleine de sagesse, Baubô chuchote à l’oreille de Déméter, puis lève sa tunique d’un coup, dévoilant son sexe. Surprise, Déméter éclate de rire, puis accepte enfin de boire – et dans ce geste renaît avec elle le cycle des saisons. Baûbo, par sa parole grivoise (dont le secret ne sera jamais dévoilé...) sort la déesse de sa torpeur et restaure ainsi l’équilibre du monde.


Depuis représentée en femme-vagin grotesque et attachante, un visage sur le buste et une vulve pour bouche, Baubô est notre « folle sacrée », guérisseuse et amuseuse ancestrale.


Les Mystères d’Éleusis, dans le temple de Déméter, célébreront longtemps Baubô, incitant les femmes à vivre joyeusement, danser, se libérer sexuellement et envisager la mort sans crainte
dans le grand cycle de la vie.